Prévention et santé publique

Ce carnet de recherche accompagne la préparation, le déroulement et la valorisation de la journée d’études pluridisciplinaire « La prévention dans les Nord et les Sud à l’épreuve du terrain : notion, représentations et pratiques locales » organisée par Anne-Gaël Bilhaut et Michèle Guillaume le vendredi 20 septembre 2013 à l’université de Liège.

Cette journée d’études organisée à l’Université de Liège vise à susciter des échanges entre les chercheurs de plusieurs disciplines, les praticiens et les entreprises autour des représentations et pratiques locales de la prévention, en croisant expériences et études de cas provenant des Nord comme des Sud. Basée sur le croisement des approches, des domaines d’intervention et des objets traités, cette journée de réflexion pluridisciplinaire devrait permettre d’explorer les déclinaisons tant conceptuelles qu’opérationnelles de la notion de prévention à la lumière de l’expérience de spécialistes. Anthropologues, médecins, nutritionnistes, santépubliciens… contribueront à cette réflexion sur la notion de prévention à partir d’études de cas ou de leur pratique. En croisant les expériences des Nord et des Sud, sur des domaines variés (alimentation, sommeil, maladie…), cette journée d’études entend contribuer à une compréhension renouvelée de la prévention.

Abstracts

La prévention : enjeux éthiques, culturels et politiques (conférence inaugurale) 

Raymond Massé, Professeur titulaire, Département d’anthropologie, Université Laval, Québec

La prévention des risques à la santé associés à nos habitudes de vie et à nos environnements physique et social est devenue l’un des éléments-clés dans l’entreprise de légitimation des interventions de prévention et de promotion de la santé. Le citoyen moderne, du Nord ou du Sud, est convoqué pour s’engager dans la lutte face aux risques environnementaux (climatiques, pollution, réchauffement de la planète, virus de la grippe aviaire) mais surtout à modifier ses habitudes de vie (alimentation, activité physique, sexualité, tabagisme) afin de limiter son exposition à ces risques «évitables». La «nouvelle santé publique» élargie ses stratégies préventives bien au-delà de la simple éducation à la santé. Si elle gagne en efficacité, elle n’en soulève pas moins toute une série d’enjeux éthiques. Dans cette conférence, j’aborderai d’abord les contributions de l’anthropologie à un élargissement et à une humanisation des concepts de risque et de prévention. Je soulignerai ensuite les principaux enjeux éthiques soulevés par l’entreprise préventive souvent perçue comme source d’une nouvelle moralité. Toutefois, je suggérerai qu’une réflexion critique sur la prévention doit aussi s’accompagner d’une analyse de ses retombées positives sur la société et l’individu en contexte postmoderne. Ces analyses théoriques seront illustrées par leur ancrage dans le terrain antillais par le biais d’une analyse des enjeux et défis posés par la prévention en situation postcoloniale, mais aussi dans un contexte culturel où les notions de responsabilité individuelle et de déterminants «surnaturels» des risques divergent des attentes rationalistes de la prévention. 

Innovative nutritional solutions to prevent stunting during the “1000 days”

Suvi Tuulikki Kangas, nutritionniste, R&D Nutriset 

The 2013 Lancet series on Maternal and child nutrition indicate that about 165 Million children under 5 suffer from chronic malnutrition/stunting. After the invention of Plumpy’nut®, Nutriset has continued designing new solutions for the treatment and/or the prevention of the various forms of malnutrition. Awareness of the possibilities and advantages of Lipid-based Nutrient Supplements (LNS) is on the rise. LNS is a term embracing a broad range of fortified, lipid-based products, with a similar matrix, based on similar ingredients but with a higher density of vitamins, minerals and essential fatty acids (1-4 teaspoons/day, providing down to 50 kcal/day) compared to Plumpy’Nut®. LNS products are suitable for prevention rather than for treatment of undernutrition and could be ideal for use in ‘home fortification programmes’. Beyond treating acute malnutrition, the concept of lipid-based ready-to-use products could help prevent malnutrition in vulnerable populations at a global level. Chaired by Pr K.G. Dewey (UC Davis), the iLiNS Project is a research collaboration between public and private partners that grew out of a shared commitment to preventing malnutrition in infants and young children. ILiNS trials aim to confirm the potential of LNS for the prevention of under-nutrition, including during the window of opportunity represented by the ‘1000 days’ from conception to 24 months of a child. Scaling up such an approach cannot be done without a thorough evaluation of economical (WTP), anthropological, and social features of targeted communities.

 

Enfances et malnutritions au Nord Togo. Réflexions anthropologiques

Yannick Jaffré, EHESS, CNRS (France)

résumé en attente

Pourquoi payer ? Le défi de la médecine préventive: augmenter les taux de participation

Hélène Giacobino, Directrice Générale J-PAL Europe, laboratoire d’action contre la pauvreté.

La recherche médicale a permis d’identifier plusieurs interventions peu coûteuses permettant de sauver facilement des vies ou d’améliorer la qualité de la vie. Mais celles-ci s’avèrent souvent hors de prix pour les familles pauvres des pays en développement. Gouvernements et ONG subventionnent largement ces produits de santé, dans le cadre de programmes de  » participation aux frais » ou de « partage des coûts. La nécessité d’une participation aux frais a été longtemps défendue, car supposés promouvoir la durabilité des services de santé, assurer l’absence de gaspillage et offrir une source de revenus pour les centres de santé. Ceux qui sont contre le fait de faire payer les services de base soutiennent que, dans de nombreux pays, il y a eu une augmentation massive de la consommation des services publics après l’abolition des frais de scolarité ou de santé. Les chercheurs de J-PAL ont mené plusieurs expérimentations sur cette question, qui montre qu’en exigeant un prix même faible, on réduit considérablement l’accès des pauvres à certains produits importants.

Le Programme EDUDORA²: Quelles leçons tirer de l’étude des représentations au sein de la triade patient/soignant/famille pour la prévention des maladies chroniques ?

Sophie Degrange et Michèle Guillaume, Département de Santé publique, Université de Liège

Le profil de santé des populations a fortement évolué au cours des dernières années modifiant fondamentalement la demande de soins : plus de 80% des motifs de consultation dans nos régions concernent des maladies chroniques, exigeant un suivi du patient au long cours, restructurant profondément l’identité du soignant et son rapport à la maladie et au malade. Le rôle du professionnel de santé évolue vers une mission de soignant-éducateur, exigeant la capacité à développer chez son patient des compétences lui permettant de vivre au mieux avec la maladie. Dans cette perspective, favoriser une communication efficace entre le soignant et son patient mais aussi avec l’entourage (3ème acteur souvent oublié) est essentiel. Ceci suppose d’étudier les enjeux liés aux représentations de chaque acteur de la prise en charge.

Le programme EDUDORA² a ainsi souhaité interroger sur ces aspects, les acteurs prioritaires impliqués dans la prise en charge sur la problématique de l’obésité. Une enquête par triade (patient/soignant/famille ou proche) a été menée afin d’étudier non seulement les représentations individuelles (« qu’est-ce que je pense de … ») mais aussi celles attribuées (« qu’est-ce que je pense que l’autre pense de … ») de chacun des acteurs en vue de procéder à une comparaison pour mieux comprendre la dynamique relationnelle qui se joue entre eux. La technique du récit de vie a été utilisée pour favoriser l’expression la plus libre par les participants interrogés.  Une analyse thématique a été opérée sur les discours obtenus pour comparer les représentations individuelles et attribuées des acteurs de chaque triade et analyser leur fonctionnement. 

Des thèmes prédominants ont été relevés et ont permis d’identifier les croyances relatives notamment aux rôles, aux attentes, aux facteurs adjuvants ou inhibiteurs de la prise en charge.

L’analyse comparée des discours  met en évidence le manque de partage des représentations tant personnelles, qu’attribuées au sein des protagonistes de la triade. Les répercussions de ce manque de partage semblent le plus souvent délétères, laissant le fonctionnement de la triade sur base d’une mise en œuvre inconsciente des représentations de chacun des acteurs.

La manière dont les soignants perçoivent leur rôle auprès des soignés concorde avec la prescription sociale liée à leur fonction. Cette représentation correspond aussi en  partie aux attentes exprimées lors des entretiens par les soignés, créant ainsi entre eux un périmètre de discussion restreint. Cet espace implicitement admis s’est souvent révélé comme réducteur dans la relation soignant/soigné, laissant l’un comme l’autre démuni face à la problématique abordée.

Ce processus explique en partie le sentiment d’impuissance et de découragement observé chez les soignants ainsi que le manque de reconnaissance et le sentiment de stigmatisation exprimés par les soignés interrogés.Quant aux familles ou aux proches, ils semblent mis dans l’incapacité de prendre une place dans la relation, de par la méconnaissance des attentes de chacun des acteurs.

Les résultats obtenus au terme du programme EDUDORA² montrent clairement que le fonctionnement de la triade, en termes de communication, est loin d’être optimal car s’organise sur une structure informelle, implicite, intégrant de nombreux « non-dits ». Ces enseignements issus d’une étude spécifique sur l’obésité, peuvent sans doute, être appliqués aux autres pathologies chroniques et expliquent certainement  un manque d’efficacité dans les projets de prévention. Les programmes de formation des soignants doivent évoluer et tenir compte des besoins spécifiques liés aux maladies de long cours, notamment en termes éducatifs.

 

La prévention du SIDA en Afrique : quels acteurs, quelles stratégies et quels outils pour réussir?

Damien Rwegera, anthropologue, directeur de l’Uraca  

Dans cette communication, les points suivants seront abordés : 

– Moments historiques et cruciaux de la prévention en Afrique
– Des concepts de prévention difficilement applicables
– Les acteurs institutionnels, la société civile et les PVVIH
– Les stratégies et les outils du NORD pour le SUD
– Les cultures d’Afrique montrées du doigt
– Des initiatives novatrices sans financement
– La multisectorialité: une achitecture mondiale politique et financière imposée